VISION SANTE

La spasmophilie, un obstacle chez les jeunes filles !

La spasmophilie est un syndrome lié à un état d’hyperexcitabilité neuromusculaire chronique. Elle est généralement associée à des troubles d’hypocalcémie, hypophosphorémie. Ces crises seraient provoquées par une hyperventilation due à l’angoisse et elles modifient du coup les échanges entre calcium et magnésium au niveau cellulaire. Explications

La spasmophilie est un syndrome qui regroupe un ensemble de troubles tels que des spasmes musculaires caractérisés par un état anxieux. Cette réaction inappropriée est due souvent par une angoisse déclenchant l’accélération du rythme respiratoire qui amplifie la réaction d’hyperventilation jusqu’à la crise de tétanie musculaire. La plupart du temps aucune cause n’est approuvée. Elle est généralement associée dans certains cas à des troubles d’hypocalcémie et hypophosphorémie qui sont liés à un manque de calcium et de magnésium.  Elle se manifeste souvent par des crises de tétanies (spasmes, hyperventilation, paresthésie (trouble de la sensibilité) des extrémités et du visage avec une sensation de paralysie, malaise parfois accompagné d’une sensation de mort imminente. Elle se traduit aussi par des frissons ou des sueurs, de la fatigue matinale en raison du sommeil non réparateur, des étourdissements, des vertiges, des douleurs à l’estomac et à la poitrine, des nausées, des troubles de vision, des palpitations cardiaques, des crampes… La plupart du temps , son traitement est symptomatique. Le thérapeute pourrait attribuer un traitement qui consisterait soit à administrer du calcium, du magnésium ou de la vitamine D ou bien des médicaments antixiolytiques qui apaiseraient l’anxiété, ou des myorelaxants qui favoriseraient la détente musculaire.

La spasmophilie est une maladie très fréquente chez les jeunes filles au Sénégal. Elle représente un fléau réel en milieu scolaire surtout en période de chaleur.  Sa prise en charge doit être une priorité chez les autorités et parents d’élèves. Même si d’autre part, elle n’est pas considérée comme une maladie pour certains médecins, mais elle demeure un problème majeur de santé publique au Sénégal. Pour diminuer les crises, il est important d’apprendre à gérer le stress par la relaxation avec la pratique du sport (yoga), en prenant soin de votre assiette en privilégiant une alimentation riche en calcium et en magnésium. Pour les espacer, voire s’en débarrasser définitivement, il faut suivre les conseils de votre nutritionniste.

viosionsante.sn ( par Toumany Sadio stagiaire)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *