VISION SANTE

Le syndrome de Reye, quand le cerveau se gonfle !

Le  syndrome de reye est l’une des maladies les plus rares et les plus dangereuses. Elle se caractérise généralement par une atteinte cérébrale non inflammatoire. Cette pathologie se traduit souvent par un état de confusion mentale, un gonflement du cerveau et des lésions hépatiques. Elle touche essentiellement les enfants, le plus souvent à l’âge de 3 ans suite à un épisode viral aiguë (une infection virale telle que la varicelle). Explications !

Le syndrome de reye est une maladie potentiellement mortelle, entraînant généralement plusieurs anomalies nocives à diverses organes, en particulier le cerveau et le foie. La plupart du temps, ce syndrome touche les enfants qui guérissent d’une infection virale telle que la varicelle, la grippe ou qui présentent un trouble métabolique, en particulier s’ils prennent de l’aspirine. Même si les causes restent encore inconnues. Toutefois, plusieurs études réalisées aux Etats-Unis ont  mis en évidence un lien ente la prise d’aspirine et l’apparition de ce syndrome chez les enfants ayant une maladie virale (grippe, infection respiratoire, varicelle). En ce sens, c’est l’une des causes les plus retrouvées dans plusieurs cas de patient. Elle pourrait entraîner un élément supplémentaire dans le développement de cette pathologie qui se traduit par de petites structures à l’intérieur des cellules : les mitochondries, qui se voient le plus souvent endommagées. Au début, elle se traduit par une fièvre et d’abattement, qui sont souvent confondus avec ceux de la maladie virale.  Après quelques jours de latence (d’accalmie), apparaissent brutalement des vomissements fréquents et abondants, une fatigue intense, de diarrhée auxquels succèdent des troubles du comportement (somnolence, apathie, irritabilité), des troubles du tonus ou des troubles de la conscience qui pourraient conduire jusqu’ au coma. Le traitement commence tout d’abord par un diagnostic différentiel au vu des symptômes que présente le patient concernant la prise d’aspirine lors du traitement d’une infection virale. Une analyse sanguine et urinaire pourrait également faciliter le diagnostic dans le sens où les toxines  de la pathologie se retrouvent dans ces liquides biologiques. Toutefois, la présence de ces substances nuisibles à l’organisme devient la source d’un fonctionnement anormal hépatique. Par contre, d’autres tests peuvent également faire l’objet de la mise en évidence des syndromes tels que le scanner, une biopsie du foie par prise d’un échantillon du tissu hépatique afin de déterminer la présence ou non de cellules associés aux syndromes de la maladie. Par la suite qu’on pourrait envisager le traitement de la maladie dans ses formes graves qui nécessiteraient une hospitalisation dans un service de réanimation. Le but de ce traitement est de minimiser les symptômes et de permettre aux organes vitaux d’assurer leurs fonctions notamment la protection du cerveau par voie intraveineuse tels que les électrolytes, des fluides pour rétablir l’équilibre en sel, en minéraux et en nutriments, des diurétiques, des détoxifiants d’ammoniac, des anticonvulsivants dans la respiration…

Peu connue au Sénégal, le syndrome de reye est une pathologie rare et non inflammatoire. Il représente un problème majeur de santé publique dans le monde. Ce syndrome nécessite une prise en charge rapide car celui-ci pourrait  engendrer des dommages irréversibles au niveau cérébral voire fatale chez le patient. Toutefois, il est important pour les parents ou les patients de coopérer avec le médecin sur une éventuelle prise d’aspirine de ce dernier durant son enfance, pouvant être liée au développement de la pathologie. Par ailleurs, il est important de surveiller les enfants tout en les évacuant rapidement dans une structure sanitaire si les symptômes ci-dessus se manifestent.

visionsante.sn /T Sadio

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *